FAQ Covid-19

fr flag
en flag
es flag
Voiced by Amazon Polly

Questions Fréquentes

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’animal ou chez l’homme.  On sait que, chez l’être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

La COVID-19 est la maladie infectieuse causée par le dernier coronavirus qui a été découvert. Ce nouveau virus et cette maladie étaient inconnus avant l’apparition de la flambée à Wuhan (Chine) en décembre 2019. La COVID-19 est maintenant pandémique et touche de nombreux pays dans le monde.

 
 

 

 

Les symptômes les plus courants de la COVID-19 sont la fièvre, une toux sèche et la fatigue. Certains patients présentent des douleurs, une congestion nasale, des maux de gorge ou une diarrhée. Ces symptômes sont généralement bénins et apparaissent de manière progressive. Certaines personnes, bien qu’infectées, ne présentent que des symptômes très discrets. La plupart (environ 80 %) des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement en milieu hospitalier. Environ une personne sur cinq contractant la maladie présente des symptômes graves, notamment une dyspnée. Les personnes âgées et celles qui ont d’autres problèmes de santé (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou pulmonaires, diabète ou cancer) ont plus de risques de présenter des symptômes graves. Toutefois, n’importe qui peut contracter la COVID-19 et tomber gravement malade. Même les personnes qui présentent des symptômes très discrets peuvent transmettre le virus. Quel que soit son âge, toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin.

Stop Coronavirus au Mali

Pour vous protégez et protégez les autres, tous ensemble adoptons ces gestes simples au quotidien

  • Lavez-vous très régulièrement  les mains à l’eau et au savon plusieurs fois par jour ou utilisez une solution hydro-alcoolique
  • Portez un masque en présence d’autres personnes ou dans les lieux publics  
  • Toussez ou éternuez dans un dans le pli du coude ou dans un mouchoir à usage unique et le jeter dans une poubelle
  • Saluez sans se serrer les mains, ni faire des embrassades
  • Évitez de se toucher le visage
  • Mettre au moins 1 m entre vous et les autres 
  • Restez á la maison pour minimiser le`s risques de contamination

Cette pandémie est une réalité au Mali et tout le monde peut se protéger

Pour vous protéger et protéger vos collègues et les autres, adopter ces gestes simples au quotidien

  • Lavez-vous les mains très régulièrement avec de l’eau et du savon ou utilisez une solution hydro-alcoolique, à chaque fois que vous entrez ou sortez de vos bureaux
  • Portez un masque en présence de vos collègues ou des visiteurs
  • Portez des gants si vous manipulez régulièrement des objets ou autres éléments d’autruis comme des documents, de l’argent, des outils de travail…
  • Privilégiez les escaliers aux ascenseurs si votre santé le permet tout en évitant de toucher le mur ou les rampes des escaliers
  • Toussez ou éternuez dans le coude ou dans un mouchoir  á usage unique et le jeter dans une poubelle immédiatement
  • Saluez vos collègues sans les serrer les mains, ni les faire des accolades
  • Mettez au moins 1 m entre vous et vos collègues lors de vos interactions, discussions ou réunions
  • Évitez de toucher aux objets partagés comme les verres à boire, les poignées de portes et fenêtres
  • Désinfectez régulièrement les endroits communs comme, les salles de réunion, les toilettes, les réfectoires ou cafétérias, l’intérieur des véhicules, les poignées des portes et fenêtres, les rampes des escaliers, les tables, les bureaux 
  • Aérez vos bureaux en ouvrant les fenêtres
  • Privilégiez les réunions à distance ou le télétravail pour diminuer vos contacts
 
 

 

 

La COVID-19 est transmise par des personnes porteuses du virus. La maladie se transmet principalement d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne malade tousse, éternue ou parle. Ces gouttelettes sont relativement lourdes, ne parcourent pas de grandes distances et tombent rapidement au sol. Il est possible de contracter la COVID-19 en cas d’inhalation de ces gouttelettes. C’est pourquoi il est important de se tenir à un mètre au moins des autres personnes. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne malade (tables, poignées de porte et rampes, par exemple). On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il faut donc se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique.

L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur la manière dont la COVID-19 se propage et elle continuera à communiquer les résultats actualisés.

 
 

 

 

La COVD-19 se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent ou qui ont d’autres symptômes, comme la fièvre ou la fatigue. Beaucoup de personnes atteintes ne présentent que des symptômes discrets. C’est particulièrement vrai aux premiers stades de la maladie. Il est donc possible de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui n’a, par exemple, qu’une toux légère mais qui ne se sent pas malade.

Selon certaines informations, les personnes asymptomatiques pourraient transmettre le virus. On ne sait pas encore à quelle fréquence cela se produit. L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur ce point et elle continuera à communiquer des résultats actualisés.

 
 

 

 

Si vous avez été en contact proche avec quelqu’un qui a la COVID-19, il se peut que vous soyez infecté.

On considère qu’il y a eu contact proche si vous vivez avec une personne malade ou si vous vous êtes trouvé à moins d’un mètre cette personne. Dans ces cas, il est préférable que vous restiez chez vous.

Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

Si vous n’habitez pas dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, procédez comme suit :

  • Si vous présentez des symptômes, même très discrets, comme une légère fièvre et des douleurs, vous devez vous isoler à votre domicile.
  • En présence de symptômes, isolez-vous et surveillez l’évolution de votre état de santé même si vous pensez ne pas avoir été exposé à la COVID-19.
  • Il est très important de s’isoler précocement car la probabilité d’infecter d’autres personnes est plus élevée aux premiers stades de la maladie, alors que les symptômes sont discrets.
  • Si vous n’avez pas de symptômes mais avez été exposé à une personne infectée, placez-vous en quarantaine pendant 14 jours.

En cas de confirmation de la COVID-19 à l’issue d’un test, isolez-vous pendant 14 jours, même après la disparition des symptômes, à titre de précaution. On ne sait pas encore exactement pendant combien de temps les personnes restent infectieuses après la guérison. Suivez les instructions nationales en matière d’auto-isolement.

 
 

 

 

L’auto-isolement est une mesure importante que doivent prendre les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 pour éviter d’infecter d’autres personnes dans leur entourage, y compris les membres de leur famille.

L’auto-isolement consiste, pour une personne qui a de la fièvre, qui tousse ou qui a d’autres symptômes de la COVID-19, à rester à son domicile et à ne pas se rendre sur son lieu de travail, dans son établissement scolaire ou dans les lieux publics. Cet auto-isolement peut être volontaire ou répondre à la recommandation d’un médecin. Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

Si vous n’habitez pas dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, procédez comme suit :

Les personnes qui sont gravement malades (qui ont besoin de soins médicaux) ne doivent pas s’isoler de leur propre initiative.

  • Installez-vous seul dans une grande pièce bien aérée depuis laquelle vous pouvez accéder facilement à un lavabo pour vous laver les mains et à des toilettes.
  • Si c’est impossible, placez chaque lit à un mètre au moins l’un de l’autre.
  • Tenez-vous à au moins un mètre des autres personnes, même des membres de votre famille.
  • Surveillez quotidiennement l’évolution des symptômes.
  • Isolez-vous pendant 14 jours même si vous avez l’impression d’être en bonne santé.
  • En cas de difficultés respiratoires, contactez immédiatement votre médecin, en l’appelant d’abord si possible.
  • Gardez le moral en restant en contact avec les personnes que vous aimez, par téléphone ou en ligne, et en faisant de l’exercice chez vous.

L’auto-quarantaine consiste, même si vous ne présentez aucun symptôme, à vous mettre à l’écart des autres personnes parce que vous avez été exposé à la COVID-19. Pendant l’auto-quarantaine, vous devez surveiller l’évolution des symptômes. Le but de l’auto-quarantaine est de prévenir la transmission. Comme les personnes qui contractent la COVID-19 peuvent infecter immédiatement d’autres personnes, l’auto-quarantaine permet de prévenir la survenue de certaines infections.

Dans ce cas :

  • Installez-vous seul dans une grande pièce bien aérée depuis laquelle vous pouvez accéder facilement à un lavabo pour vous laver les mains et à des toilettes.
  • Si c’est impossible, placez chaque lit à un mètre au moins l’un de l’autre.
  • Tenez-vous à au moins un mètre des autres personnes, même des membres de votre famille.
  • Surveillez quotidiennement l’évolution des symptômes.
  • Restez en quarantaine pendant 14 jours même si vous avez l’impression d’être en bonne santé.
  • En cas de difficultés respiratoires, contactez immédiatement votre médecin, en l’appelant d’abord si possible.
  • Gardez le moral en restant en contact avec les personnes que vous aimez, par téléphone ou en ligne, et en faisant de l’exercice chez vous.

Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

La quarantaine consiste à mettre à l’écart les personnes qui ne sont pas malades mais qui ont été exposées à la COVID-19, ou à restreindre leurs activités. Il s’agit d’éviter que la maladie ne se propage au moment où les personnes présentent les premiers symptômes.

L’isolement consiste à mettre à l’écart les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 et qui peuvent être infectieuses afin d’éviter que la maladie ne se propage.

La distanciation physique consiste à garder physiquement une distance avec les autres personnes. L’OMS recommande de se tenir à au moins un mètre. C’est une mesure générale qui doit être appliquée par chacun, même en l’absence de symptômes ou d’exposition connue à la COVID-19.

Les travaux de recherche montrent que la probabilité de contracter l’infection est la même chez les enfants et les adolescents que dans les autres groupes d’âge et que les enfants et les adolescents peuvent propager la maladie.

Les données disponibles à ce jour semblent indiquer que les enfants et les jeunes adultes risquent moins d’être gravement atteints, mais des cas graves peuvent tout de même survenir dans ces groupes d’âge.

Les enfants et les adultes doivent suivre les mêmes conseils en matière d’auto-quarantaine et d’auto-isolement en cas d’exposition ou de symptômes. Il est particulièrement important que les enfants évitent les contacts avec les personnes âgées et les autres personnes risquant d’être gravement atteintes.

 
 

 

 

Si vous choisissez de porter un masque :

  1. Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  2. Vérifier que le masque n’est ni déchiré ni troué.
  3. Orienter le masque dans le bon sens (bande métallique vers le haut).
  4. Vérifier que la face colorée du masque est placée vers l’extérieur.
  5. Placer le masque sur le visage. Pincer la bande métallique ou le bord dur du masque afin qu’il épouse la forme du nez.
  6. Tirer le bas du masque pour recouvrir la bouche et le menton.
  7. Ne pas toucher le masque pendant que vous le portez.
  8. Après usage, retirer le masque en ayant les mains propres, enlever les élastiques de derrière les oreilles tout en éloignant le masque du visage et des vêtements afin d’éviter de toucher des parties du masque éventuellement contaminées.
  9. Ne pas réutiliser le masque. Jeter le masque dans une poubelle fermée immédiatement après usage.
  10. Après avoir touché ou jeté le masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon si elles sont visiblement sales.

Sachez qu’il y a une pénurie mondiale de masques médicaux (chirurgicaux et N95). Ces masques doivent être réservés autant que possible aux soignants.

N’oubliez pas que le port du masque ne remplace pas d’autres moyens plus efficaces de se protéger et de protéger les autres de la COVID-19 (se laver fréquemment les mains, tousser dans le pli du coude ou dans un mouchoir et se tenir à une distance d’au moins un mètre des autres personnes). Pour plus d’informations, consultez les mesures de protection essentielles contre le nouveau coronavirus.

Suivez les conseils des autorités sanitaires nationales concernant le port du masque.

 
 

 

 

Le délai qui s’écoule entre l’exposition au virus de la COVID-19 et l’apparition des symptômes est habituellement de cinq à six jours, mais il peut aller d’un à 14 jours.

 
 

 

 

Le plus important à savoir est que les surfaces peuvent être facilement nettoyées avec un désinfectant ménager courant qui tuera le coronavirus. Des études ont montré que le virus de la COVID-19 peut survivre pendant 72 heures sur le plastique et l’acier inoxydable, moins de quatre heures sur le cuivre et moins de 24 heures sur le carton.

Comme toujours, il faut se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon et éviter de se toucher les yeux, la bouche ou le nez.

 
 

 

 

Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les infections bactériennes. La COVID-19 étant due à un virus, les antibiotiques sont inefficaces. Ils ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement de la COVID-19. À l’hôpital, les médecins auront parfois recours à des antibiotiques pour prévenir ou traiter une surinfection bactérienne, qui peut être une complication de la COVID-19 chez les patients gravement atteints. Les antibiotiques doivent être utilisés seulement sur prescription médicale pour traiter une infection bactérienne.

 
 

 

 

FAQ VACCINS COVID-19

Selon l’OMS, les vaccins contre le Coronavirus donnent une protection contre la maladie en déclenchant une réponse immunitaire contre le virus responsable de la maladie. L’immunité́ acquise grâce à la vaccination réduit le risque de développer la maladie et ses conséquences. Ceci vous aide à combattre le Coronavirus si vous y êtes exposé. Se faire vacciner peut également protéger les personnes autour de vous, car si vous êtes protégé́ contre l’infection et la maladie, vous êtes moins susceptible d’infecter quelqu’un d’autre. C’est particulièrement important pour protéger les personnes les plus à risque de développer une forme sévère de Coronavirus, tels que les agents de santé, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, les maladies du cœur, du rein, le VIH et l’asthme.

L’OMS et le Ministère en charge de la Santé affirment que les vaccins contre le coronavirus sont sans danger pour la plupart des personnes âgées de 18 ans et plus, y compris celles qui ont d’autres maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète, l’asthme, les maladies du poumon, du foie, des reins et le VIH.

Discutez avec un agent de santé dans les cas suivants : vous êtes enceinte où vous allaitez votre enfant ; vous avez eu dans le passé des réactions allergiques graves, en particulier à un vaccin (ou à l’un de ses ingrédients) ou si vous êtes particulièrement fragile.

 
 

 

 

L’OMS et le Ministère de la Santé et du Développement Social recommandent que même si vous avez déjà̀ eu le Coronavirus, il est préférable de vous faire vacciner quand l’occasion se présente. La protection obtenue après avoir contracté le Coronavirus varie d’une personne à l’autre et on ne sait pas non plus combien de temps cette protection naturelle est susceptible de durer.

 
 

 

 

Selon l’OMS, les vaccins contre le Coronavirus n’ont été́ mis au point qu’au cours des derniers mois, donc il est trop tôt pour déterminer la durée de la protection qu’ils confèrent. Les études et recherches en cours visent à répondre à cette question. Cependant, il est encourageant de constater que d’après les données disponibles, la plupart des personnes qui guérissent du Coronavirus développent une réponse immunitaire qui leur assure au moins une certaine période de protection contre la réinfection – bien que la force et la durée de cette protection soient toujours à l’étude.

 
 

 

 

Au Mali, nous sommes dans la deuxième phase de la campagne de vaccination. Pendant la première phase, seulement les populations prioritaires (agents de santé, personnes âgées de 60 et plus ans et les personnes qui ont d’autres maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète, l’asthme, les maladies du poumon, du foie, des reins et le VIH) étaient éligibles. La phase actuelle de la campagne concerne toutes les personnes âgées de 20 ans et plus, quels que soient leurs facteurs de risque.

 
 

 

 

Les femmes enceintes sont exposées à un risque plus élevé́ de forme grave du Coronavirus. Mais l’OMS dispose de très peu de données pour évaluer la sécurité́ du vaccin pendant la grossesse. Selon l’OMS, les femmes enceintes peuvent recevoir le vaccin si les avantages de la vaccination chez une femme enceinte l’emportent sur les risques potentiels du vaccin. Ainsi, les femmes enceintes à haut risque d’exposition au Coronavirus (par exemple les femmes agents de santé) ou présentant des comorbidités qui augmentent le risque de développer une forme sévère de la maladie peuvent être vaccinées en concertation avec leur prestataire de soins de santé́. Toutefois, en ce moment, le plan national de déploiement du vaccin n’a pas inclus les femmes enceintes et allaitantes dans les cibles de la vaccination.

 
 

 

 

Pour le moment, les enfants ne sont pas éligibles à recevoir le vaccin au Mali. Cee situation pourra changer dans le futur proche, quand nous aurons l’évidence venant des résultats de recherche. Entre temps, la meilleure protection pour les enfants est que les adultes autour d’eux soient vaccinés et continuent de pratiquer les mesures barrières clés (port de masques en public, lavage fréquent des mains au savon, distanciation physique, etc.). Nous savons que ceci réduit le risque de transmission du Coronavirus dans la communauté́ et ceci à son tour protégera les enfants et les autres qui, pour le moment ne peuvent pas être vaccinés.

 
 

 

 

Non. La vaccination vous protège de tomber gravement malade et de mourir du Coronavirus. Pendant les quatorze premiers jours après avoir été́ vacciné, vous n’avez pas les niveaux de protection significatifs puis ceux-là̀ augmentent progressivement. Pour un vaccin à dose unique, l’immunité́ se produira généralement deux semaines après la vaccination. Pour les vaccins à deux doses, toutes les deux doses sont nécessaires pour atteindre le niveau de protection le plus élevé́ possible.

Pour assurer la sécurité́ des autres, continuez à respecter les mesures barrières : vous tenir à au moins 1 mètre des autres, toussez ou éternuez dans votre coude, lavez- vous fréquemment les mains au savon ou appliquez le gel hydroalcoolique et portez un masque, en particulier dans les espaces clos, encombrés ou mal ventilés. Suivez toujours les conseils des autorités locales en fonction de la situation et des risques locaux.

 
 

 

 

Avant d’être validés par l’OMS et les organismes nationaux de réglementation, les vaccins contre le Coronavirus subissent des tests rigoureux pour prouver leur non-dangerosité́ et leur efficacité́ pour les humains. Grâce aux efforts conjugués des scientifiques, ces tests pour les vaccins contre le Coronavirus ont pu être menés à bien rapidement afin de répondre au besoin urgent de vaccins contre la maladie tout en respectant des normes strictes de sécurité́. Comme tous les vaccins, les vaccins contre le Coronavirus feront l’objet d’une surveillance continue de la part de l’OMS et des autorités réglementaires pour confirmer qu’ils restent sans danger pour toutes les personnes qui les reçoivent.

Comme tout vaccin, les vaccins contre le Coronavirus peuvent provoquer des effets secondaires minimes. Selon l’OMS, les effets secondaires signalés à ce jour sont pour la plupart légers à modères et de courte durée. Ces signes chez certains montrent que le corps est en train de produire une réaction attendue pour créer la protection immunitaire (bien que certaines personnes n’aient aucune réaction après la vaccination et la présence ou pas d’effets secondaires n’est pas un indicateur de l’efficacité́ du vaccin chez un individu). Les signes communs comprennent : fièvre, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, frissons, diarrhée et douleur au point d’injection. Des effets secondaires plus graves ou plus durables sont possibles, mais ils sont extrêmement rares. Les vaccins contre le Coronavirus font l’objet d’une surveillance continue de l’OMS et des gouvernements du monde, afin de détecter les effets secondaires rares et à y répondre.

Il est possible, mais peu probable. Selon l’OMS, qui suit la recherche sur les vaccins partout dans le monde, plusieurs vaccins anti-Coronavirus semblent avoir un niveau d’efficacité́ très élevé́, mais aucun vaccin ne peut conférer une protection à 100 %. Par conséquent, il se peut qu’un très petit nombre de personnes peuvent être infectées avec le Coronavirus même après avoir reçu la vaccination. Ceci est attendu pour n’importe quel vaccin.

Globalement, les cas de Coronavirus chez les personnes vaccinées semblent être moins sévères et moins probables de nécessiter un séjour à l’hôpital que les cas chez les personnes non vaccinées.
Par ailleurs, des facteurs comme l’âge de la personne vaccinée, ses affections sous-jacentes ou une exposition antérieure au Coronavirus peuvent avoir une incidence sur l’efficacité́ du vaccin chez l’individu. Aussi, la durée de l’immunité́ conférée par les différents vaccins anti-Coronavirus n’est pas encore connue. C’est pourquoi, il est essentiel de continuer à appliquer toutes les mesures barrières comme la distanciation physique, le port du masque et le lavage des mains au savon après avoir reçu le vaccin.

 
 

 

 

Les professionnels de la santé sont les mieux placés pour conseiller leurs parents sur l’opportunité́ de recevoir ou non un vaccin contre le Coronavirus. Toutefois, sur la base des données disponibles, on considère généralement que les personnes présentant les problèmes de santé suivants devraient être exclues de la vaccination contre le Coronavirus afin d’éviter d’éventuels effets indésirables :

  • Les femmes enceintes ;
  • Les femmes allaitantes ;
  • Les personnes ayant des antécédents de réactions allergiques graves à l’un des composants du vaccin anti- Coronavirus ;
  • Les personnes actuellement malades ou présentant des symptômes de Coronavirus (la vaccination pourra toutefois avoir lieu une fois que les principaux symptômes auront disparu)

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer la non-dangerosité́ et l’efficacité́ des différents vaccins contre le Coronavirus dans certains groupes de population. Outre les recommandations générales fournies ci-dessus, chaque vaccin peut nécessiter la prise en compte de considérations spécifiques pour des groupes de population et des problèmes de santé parculiers.

 
 

 

 

La vaccination est la même partout au Mali, dans les hôpitaux, les centres de santé de référence, les centres de santé Communautaire et dans les lieux habituels de vaccination dans la communauté́. Dans tous ces lieux le vaccin contre le Coronavirus est disponible et gratuit.

 
 

 

 

Si vous voudriez avoir plus d’informations sur la vaccination contre le Coronavirus, votre prestataire de santé est une bonne ressource. En plus, vous pouvez consulter des sources suivantes :

Il y a beaucoup de fausses informations autour des vaccins qui circulent dans la communauté́ et sur les réseaux sociaux. Il est important de chercher les informations des sources fiables et de prendre votre propre décision basée sur l’information correcte et à jour.